11/09/2017

L'essentiel sur la relaxation

Lorsqu’on entend parler de la relaxation, la première image qui vient à l’esprit c’est la petite sieste sur le canapé, le bronzage au bord de la piscine ou encore prendre un café sur la terrasse. Pourtant, la vraie relaxation est bien plus qu’une simple sieste ou moment de détente. C’est ce qu’on va voir dans cet article.

La relaxation, c’est quoi au juste ?

Techniquement, la relaxation va bien au-delà d’une simple détente du corps. Exécutée dans les règles de l’art, elle agit sur les zones inconscientes et subconscientes de notre cerveau, afin de nous permettre de nous libérer de toutes formes de tension. En effet, même lorsqu’on se repose, il reste dans notre corps une tension résiduelle appelée tonus musculaire du repos. Le but de la relaxation est alors de faire baisser au possible ce tonus pour obtenir des effets positifs et puissants que l’on ne peut pas avoir avec une simple sieste ou une détente au soleil.

Il s’agit donc d’une attitude passive sans la moindre tension inutile, mais pendant laquelle on reste concentré sur un stimulus spécifique. Cela peut être la respiration, le son, l’image mentale, l’objet ou autre. C’est ensuite le choix de stimulus qui est différent selon la technique de la relaxation. Les méthodes les plus connues sont : la sophrologie, le training autogène, la relaxation progressive, etc.

Histoire et origine de la relaxation

Inspiré de la pratique du Yoga et de l’hypnose, la relaxation tire son origine en Orient et en Occident. Son principe de base repose sur celui du Yoga selon lequel le mental et le physique sont étroitement liés, voire indissociables. Selon la pensée orientale en effet, toute émotion que nous ressentons a une répercussion sur notre tonus musculaire, et vice versa. La relaxation qui consiste en un travail de concentration sur le corps, la respiration et les sensations provoque à la fois une détente des muscles et un apaisement de l’esprit.

En occident, la première technique de relaxation, appelée « training autogène de Schultz » est inspiré des méthodes utilisées en hypnose vers la fin du XIXe siècle. Lancé pour la première fois en Allemagne au début du XXe siècle, le training autogène de Schultz consiste en une détente auto-provoquée du tonus musculaire. La pratique de cette technique d’autohypnose provoque un lâcher-prise aussi bien sur le plan mental que physique.

Une deuxième technique de relaxation est apparue dans les années 30 : « la relaxation progressive de Jacobson ». Si le but recherché reste le même, la technique quant à elle se veut plus éducative. La relaxation progressive de Jacobson consiste en effet à vous apprendre à identifier les différentes sensations de contraction et de relâchement. Une fois que vous avez acquis une bonne perception de votre corps, vous pouvez vous débarrasser des tensions résiduelles au repos comme en mouvement.

Les bienfaits de la relaxation

Notre corps a besoin de se détendre pour retrouver son équilibre. En effet, lorsque nous pratiquons la relaxation, nous libérons notre corps des tensions musculaires. Résultat, le sang circule mieux dans notre organisme, irriguant ainsi  nos organes qui retrouvent toute leur vitalité. Cela veut dire que les déchets sont évacués, le système nerveux se rééquilibre et le cœur bat calmement.

Au niveau de notre esprit, la relaxation apporte la paix. Il sera alors capable d’analyser les événements auxquels il fait face et traiter les informations qu’il reçoit.

Conclusion

La pratique de la relaxation dans les règles de l’art apporte de nombreux effets bénéfiques pour notre corps et notre esprit. Une fois que toutes les tensions inutiles sont relâchées, la qualité du sommeil sera améliorée tandis que le stress et la fatigue seront sensiblement réduits.

Sources :

http://www.ressources-actualisation.fr/articles/relaxatio...

http://www.letempsdesmamans.com/relaxation/origines-de-la...

 

07/08/2017

Réapprendre le bon usage du corps avec la technique alexander pour

La technique alexander nous aide à reconnaître et à changer nos différentes habitudes. C'est une technique efficace et optimale pour mieux gérer la tension ainsi que le stress (constituant en soi la manifestation d’une tension psychologique).

En effet, selon son contexte social et familial chaque être humain développe des habitudes de penser et de se mouvoir. Ces dernières peuvent nous empêcher de fonctionner à notre total potentiel, en engendrant notamment de la douleur et en touchant notre motricité.

 

Qu'est ce que la technique alexander ?

La technique alexander est une technique éducative, et non une méthode thérapeutique. Ainsi, les rencontres les spécialistes de la technique sont des « formateurs ».Une des principales missions d'un professeur de la technique alexander est de montrer à ses élèves comment identifier leurs mauvaises habitudes et comment les remplacer par des mouvements plus justes et plus coordonnés. Il faut savoir que l'optimisation de la coordination engendrera une meilleure performance dans n'importe quelle activité physique. Ainsi, cette méthode peut s’avérer utile dans de nombreux cas.

 

Histoire et caractéristiques de la technique alexander

La technique alexander a été conçue en Australie au début du 20ème siècle. De nos jours, elle est reconnue comme une manière efficace de coordonner le système neuro-musculaire. Il faut savoir que bon nombre de médecins et de compagnies d'assurance modernes reconnaissent cette méthode comme une manière de restreindre la douleur, de prévenir les blessures ainsi que d'optimiser la fluidité du mouvement.

 L’australien Frederick Matthias Alexander, inventeur de la technique, est un ancien acteur de théâtre qui était devenu aphone. C’est pour remédier à cet incident que les prémices de la technique alexander sont nées.

 

Les avantages de la technique alexander

La pratique de la technique alexander apporte une multitude d’avantages. Voici cinq principaux:

 

  • Se tenir avec beaucoup plus d'aplomb et sans aucune rigidité ;
  • Se mouvoir aisément ;
  • Garder l'esprit plus éveillé et plus apaisé ;
  • Être actif et énergique, sans tensions inutiles ;
  • Appliquer l'effort approprié dans la totalité de vos différentes activités.

 

Comment pratiquer la technique alexander

 

La technique alexander s'enseigne en ateliers pour débutants, mais la plupart du temps via des cours privés. De nos jours, beaucoup de musiciens, acteurs et même athlètes professionnels mais aussi des gens comme vous et moi cherchent à mieux se servir de leur corps. C'est pourquoi ils utilisent dans ce but la technique alexander. Cette discipline les aide à bouger de manière beaucoup plus efficace, pour qu'ils utilisent peu d’énergie inutilement mais aussi pour que leurs articulations soient à l'abri du stress.

 

Cette économie d'énergie leur offre la possibilité de mieux performer chaque jour. En plus de l'avantage compétitif qu'offre cette méthode, ceux qui la pratiquent voient qu’ils deviennent réellement en bien meilleure santé et qu'ils ressentent un grand bien-être. Une  multitude de scientifiques, éducateurs, artistes et sportifs conseillent vivement la technique alexander.

 

 

SOURCES

 http://www.passeportsante.net/fr/Therapies/Guide/Fiche.aspx?doc=technique-alexander-th-presentation

http://www.psychologies.com/Bien-etre/Medecines-douces/Se-soigner-autrement/Articles-et-Dossiers/J-ai-teste-la-Technique-Alexander    

30/06/2017

Le jeûne : types, bienfaits et comment le pratiquer

Le jeûne possède de nombreux bienfaits à condition de le pratiquer sérieusement et dans les règles de l’art. Passons en revue les différents types de jeûnes avec leur mode d’emploi et leurs bienfaits respectifs.

Le repos digestif

Ce type de jeûne se passe de commentaires. Vous l’aurez compris, il s’agit d’un jeûne qui a pour but de laisser reposer le système digestif. Trop sollicité par une alimentation trop riche ou/et déséquilibrée, notre système digestif mérite quelques vacances pour se régénérer et se rééquilibrer.

Le moyen le plus facile de le pratiquer, c’est de supprimer le diner et terminer le lendemain soir en prenant un diner très léger (une soupe de légumes et/ou une salade).

Le jeûne intermittent

Le jeûne intermittent ou jeûne séquentiel vise plutôt la perte de pieds et le bien-être. Il consiste à alterner des périodes de jeûne et des périodes d’alimentation. La durée de ce jeûne ainsi que sa fréquence sont tout à fait modulables. Mais en général, elles sont de nature cyclique. Donc, la période de jeûne et celle d’alimentation auront une durée fixe. Cela peut être un cycle de 16/8 h ou 19/5 h. Respectivement, il s’agit de 16 heures de jeûne contre 8 heures d’alimentation et de 19 heures de jeûne contre 5 heures d’alimentation. Pour pratique le jeûne de 16/8 h par exemple, vous pouvez sauter le petit déjeuner et vous déjeunez à midi, ensuite vous prenez votre dernier repas avant 20 heures.

Le jeûne thérapeutique

Le jeûne a été pendant longtemps utilisé comme une thérapie à part entière, jusqu’à l’arrivée de la médecine moderne. Aujourd’hui, il sert plutôt à compléter le traitement thérapeutique disponible pour combattre certaines maladies.

Le jeûne thérapeutique consiste à une privation d’aliments et il se décline en plusieurs types. Le jeûne hydrique consiste à consommer exclusivement de l’eau. Ensuite, il y a ce qu’on appelle jeûne modifié pendant lequel vous maintenez une alimentation liquide de faible calorie, à base de légumes et de fruits.

Le jeûne religieux

Ici, la privation de nourriture entre dans le cadre d’un rituel religieux. C’est le cas par exemple du ramadan (chez les musulmans) qui dure environ un mois, ou du jeûne de Yom Kippour qui est pratiqué par les Juifs.

Conclusion

On peut jeûner pour plusieurs raisons : convictions religieuses, perdre du poids, entretenir une bonne santé, prévenir la maladie, ou favoriser la guérison...etc. Les bienfaits du jeûne sont multiples et ils sont connus depuis l’Antiquité. Cependant, pour obtenir le résultat escompté et pour éviter de se mettre en danger, il faut respecter certaines règles : s'hydrater, diminuer l'activité physique et intellectuelle, bien dormir et privilégier certains aliments.

Soulignons au passage qu’un jeûne strict qui dure plus de 30 jours peut avoir des effets néfastes sur l’organisme.

Le jeune est donc à pratiquer avec précaution, et de préférence avec l’accompagnement/encadrement d’un professionnel de la santé (nutritionniste, hygiéniste ou un médecin).